ToothBreaker

links

tumblinks

search

powered by tumblr
seattle theme by parker ehret

  1. (Source : sigamorikariola)

     
     
  2.  
     
  3. whitechapelwitch:

»x«
     
     
  4. (Source : naturesquashes)

     
     
  5. (Source : slobbering)

     
     
  6. smooth:

the world is our playground
     
     
  7. callthestudentnurse:

    Rita Hayworth in Gilda (1946)

    Oh my god her HAIR please let my hair become this level of beauty tomorrow 🙏🙏🙏

    (Source : vintagegal)

     
     
  8. ratak-monodosico:

    Wish you were Here.

    (Source : nickdrake)

     
     
  9. Magritte

    Magritte

     
     
  10. roseaudepensant:

IV. LES NYMPHES Oui, des lèvres aussi, des lèvres savoureuses Mais d’une chair plus tendre et plus fragile encor Des rêves de chair rose à l’ombre des poils d’or Qui palpitent légers sous les mains amoureuses. Des fleurs aussi, des fleurs molles, des fleurs de nuit, Pétales délicats alourdis de rosée Qui fléchissent, pliés sur la fleur épuisée, Et pleurent le désir, goutte à goutte, sans bruit. Ô lèvres, versez-moi les divines salives La volupté du sang, la chaleur des gencives Et les frémissements enflammés du baiser Ô fleurs troublantes, fleurs mystiques, fleurs divines, Balancez vers mon coeur sans jamais l’apaiser, L’encens mystérieux des senteurs féminines.
Ph. et poème de Pierre Louÿs

    roseaudepensant:

    IV. LES NYMPHES

    Oui, des lèvres aussi, des lèvres savoureuses
    Mais d’une chair plus tendre et plus fragile encor
    Des rêves de chair rose à l’ombre des poils d’or
    Qui palpitent légers sous les mains amoureuses.

    Des fleurs aussi, des fleurs molles, des fleurs de nuit,
    Pétales délicats alourdis de rosée
    Qui fléchissent, pliés sur la fleur épuisée,
    Et pleurent le désir, goutte à goutte, sans bruit.

    Ô lèvres, versez-moi les divines salives
    La volupté du sang, la chaleur des gencives
    Et les frémissements enflammés du baiser

    Ô fleurs troublantes, fleurs mystiques, fleurs divines,
    Balancez vers mon coeur sans jamais l’apaiser,
    L’encens mystérieux des senteurs féminines.

    Ph. et poème de Pierre Louÿs